Posté le : 10 février 2017 Par : BlogEuropages

Viandeboeuf-Europages

Alors que les USA ont annoncé à la mi-janvier la levée de leur embargo sur la viande de bœuf française, il se pose la question de savoir si le président Donald Trump ne reviendra pas dessus.

L’UE se félicite. Après l’annonce de la levée de l’embargo américain sur le bœuf français par l’administration Obama quelques jours avant la passation de pouvoirs avec Donald Trump, l’UE s’est félicité dans un communiqué du 13 janvier de la levée de cet embargo. « Cette décision des États-Unis démontre clairement ce que nous pouvons réaliser en ayant une relation ouverte et constructive avec l’un de nos partenaires commerciaux les plus importants », ont déclaré les commissaires Cecilia Malmström, en charge du commerce, Vytenis Andriukaitis, en charge de la santé et de la sécurité alimentaire, et Phil Hogan, en charge de l’agriculture.

« C’est une excellente nouvelle pour les producteurs français, et la Commission continue de travailler avec toutes les parties concernées pour s’assurer que, dans un avenir proche, tous les États membres disposeront du même accès au marché américain ».

Un embargo qui date de 1998. Les Etats-Unis avaient fermé leur marché à la viande bovine, ovine et caprine en provenance de l’Union européenne en janvier 1998, à la suite de la crise de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Le département de l’Agriculture avait annoncé une première fois en janvier 2015 la réouverture progressive du marché américain à la viande bovine en provenance de l’Union européenne.

L’embargo avait été ensuite levé pour l’Irlande, la Lituanie et les Pays-Bas, mais pas pour la France. Reste que cette mesure n’a pas suscité les ventes escomptées pour les pays concernés. Selon Jean-Pierre Fleury, président de la Fédération nationale bovine (FNB), interviewé dans un article de La Montagne, les Irlandais, qui peuvent exporter du bœuf depuis deux ans, en ont vendu en tout 1 000 tonnes, alors qu’ils tablaient sur 20 000 tonnes par an.

Une mesure qui risque d’être remise en cause. La prudence est donc de mise, d’autant que la levée de l’embargo risque d’être remise en cause par l’administration Trump. De plus, comme le souligne Jean-Pierre Fleury, la négociation d’un certificat sanitaire prend du temps, au minimum un an. Par contre, les choses devraient avancer plus vite pour le veau car il existe une vraie spécificité française sur ce produit et la demande est importante outre-Atlantique sans que cela vienne concurrencer les productions locales.

Les USA sont le 6ème pays visiteur d’Europages avec 957 000 visites en 2016, en progression de 66% par rapport à 2015. Inscrivez votre entreprise pour bénéficier de cette forte croissance des recherches en provenance des USA dans le secteur agro-alimentaire !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *