Posté le : 18 mars 2015 Par : TeamEuropages

Bois Espace agro

Les marchés mondiaux de la filière bois-forêt sont en pleine mutation économique et structurelle. Ainsi, si l’Europe représente aujourd’hui plus de la moitié des exportations mondiales – les pays moteurs étant l’Allemagne, la Suède, la Finlande et la France – la demande future semble modérée, tandis que les pays émergents – Chine en tête – ont des besoins grandissants. Pour faire face à cette conjoncture, l’industrie européenne a mis en place de nouvelles stratégies de développement.

La Chine 1er importateur de bois industriel. À horizon 2020, les différentes études menées par la FAO prévoient une croissance modérée de la demande de produits forestiers européens, mais soutenue au niveau mondial, notamment pour les panneaux et les papiers-cartons. Devenue le principal importateur de bois industriel et le deuxième principal importateur de produits forestiers, la Chine s’est lancée avec succès dans la transformation du bois, devenant un important exportateur de produits ligneux à valeur ajoutée, compétitifs, tant en terme de prix que de qualité, dans des secteurs tels que celui du meuble ou du contreplaqué.

L’industrie européenne s’adapte. Du fait d’une conjoncture économique morose en Europe (voir les chiffres de l’European Timber Trade Federation), et pour faire face à différents conflits d’usage qui aujourd’hui conduisent une partie de la matière première vers une autre destination que le bois d’œuvre, l’industrie européenne s’est mobilisée. L’UE a ainsi mis en place en 2013 une réglementation européenne pour les bois importés qui exige des importateurs et des commerçants de bois une plus grande traçabilité des produits bois, et introduit le principe de sanctions pour les entreprises qui importeraient du bois d’origine illégale.

4 axes de développement pour la France. Du côté français, il est à noter que les scieries françaises sont le 1er producteur européen de sciages feuillus avec un tissu de PME familiales qui savent mettre en commun leurs ressources lorsqu’elles doivent répondre à un projet important. Les associations professionnelles telles que la FNB  ou Le Commerce du Bois se sont mobilisées pour accompagner les entreprises de la filière (voir la vidéo ci-après). Un rapport du ministère de l’agriculture français liste 4 axes de développement pour les produits issus du bois à l’horizon 2020 :

  • Pour le bois massif, développer des produits innovants pour la construction bois
  • Pour le bois fibre, diversifier les débouchés possibles grâce à l‘isolation et aux matériaux composites
  • Développer la chimie du bois
  • Valoriser le bois en tant que source d’énergie en cherchant à développer de nouvelles formes de biocombustibles.

Pour identifier les pays dans lesquels les entreprises françaises recherchent des partenaires dans la filière, consultez notre carte interactive Import-Export Bois

Video  »Transition 2020 » sur la structure de l’offre française


Les commentaires sont fermés.