Posté le : 7 mai 2019 Par : BlogEuropages

Interesting-facts-about-Ecuador-1

La CCI France-Equateur vient de publier un Guide pays sur l’Equateur, petit pays d’Amérique latine riche en pétrole et ressources agricoles. Etat des lieux des besoins de ce pays avec les secteurs porteurs pour les investissements étrangers.

La France, 3ème investisseur européen. Comme le fait remarquer le Guide de la CCI France-Equateur, la France est le 3ème investisseur européen. Les principaux investissements concernent les secteurs énergie-environnement, l’industrie et l’agroalimentaire. Parmi les entreprises françaises présentes, on compte :

  • le groupe Veolia, qui s’est vu confier en 2008, la concession pour la distribution d’eau potable à Guayaquil pour une durée de 30 ans ;
  • le groupe BIC, qui dispose d’une usine de production de stylos et briquets à Guayaquil, et exporte sur la région Amérique latine ;
  • le groupe Savencia, présent via une joint-venture avec une entreprise locale de production de chocolats, República del Cacao ;
  • le groupe Lactalis, qui possède 2 usines de production de produits laitiers à Quito et Cuenca (via son acquisition de Parmalat en 2010) ;
  • la compagnie Fruitière et Salpa, présents sur la production de bananes et de cacao d’exportation ;
  • les entreprises Alstom et POMA présentes sur 2 grands projets: respectivement, le tramway de Cuenca et le métro-câble de Guayaquil.

Les secteurs porteurs. Pour la CCI France-Equateur, il existe de nombreux secteurs porteurs pour les investisseurs étrangers :

  • Agriculture. Parmi les opportunités on peut citer : l’alimentation animale, la mise en place de méthodes de production bio et/ou certifiées, l’agrochimie et les biotechnologies, la modernisation des machines agricoles et des instruments de transformation agroalimentaire et l’innovation en matière de recyclage de certains déchets agricoles ;
  • Santé. L’Equateur entame une transition de son système social et de santé. Les principaux défis identifiés sont: éliminer les disparités régionales (rural vs. urbain), agir en prévention, gérer plus efficacement la réduction des maladies infectieuses transmissibles (telles que le paludisme), assurer la viabilité financière du système national de santé ;
  • Pétrole et mines. En 2018, le gouvernement équatorien a fait connaître plusieurs opportunités d’investissement, ouvertes aux entreprises étrangères, notamment pour l’exploration de 8 nouvelles zones pétrolières en Amazonie. Quant au secteur minier, le pays a des réserves géologiques indéniables et seulement une infime partie du territoire a été étudiée ;
  • Environnement et infrastructures. Un Plan national d’efficience énergétique 2016-2035 a été lancé. Des investissements vont être réalisés pour l’approvisionnement en eau et la gestion des déchets.

Et n’hésitez pas à vous inscrire sur Europages pour vous rendre visible auprès de futurs acheteurs et autres partenaires !


Les commentaires sont fermés.