Posté le : 18 janvier 2017 Par : BlogEuropages

Francecommercefrontalier-Europages

La France réalise toujours près de la moitié de ses flux commerciaux avec les pays frontaliers (Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, Suisse, Royaume-Uni, Luxembourg). Toutefois, la place de l’Asie – et notamment de la Chine – ne cesse de croître. Détails des tendances par pays et secteurs.

Le commerce frontalier reste majoritaire, mais diminue. Comme l’analysent les douanes françaises dans leur note de conjoncture, ce sont les pays frontaliers de la France (Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, Suisse, Royaume-Uni, Luxembourg) qui commercent le plus avec elle en 2015. Principale raison : la proximité géographique à laquelle on peut ajouter d’autres causes comme l’appartenance à une union monétaire, une langue commune, ou encore des liens historiques et culturels. Parmi ces pays frontaliers, l’Allemagne vient largement en tête, représentant depuis dix ans près d’un sixième du total des exportations françaises comme des importations. Viennent ensuite par ordre décroissant : l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni et la Belgique. Globalement, le poids de ces pays frontaliers diminue toutefois de 40% à 32 % entre 2005 et 2015 pour les exportations et de 33 % à 28 % pour les importations.

Les secteurs concernés. Trois secteurs occupent une place prépondérante dans le commerce frontalier de la France en 2015 : les biens intermédiaires (plastiques/caoutchouc, métallurgie et bois/papier), les produits agricoles et agroalimentaires et l’automobile. A l’exportation, l’automobile pèse ainsi deux fois plus que la part qu’elle occupe dans le commerce non frontalier (13%, contre 7 %). Les biens intermédiaires s’exportent pour leur part davantage vers les pays voisins (15% contre 11 % vers les pays non frontaliers), en raison notamment de la présence historique de la sidérurgie et de la place de la construction automobile en Europe. A l’importation, les biens intermédiaires représentent quant à eux 18% des échanges frontaliers, l’automobile 13,5% et les produits agricoles et agroalimentaires 11,5%.

Redéploiement vers l’Asie et échanges par filières. Autre constat des douanes : la relative faiblesse de la croissance européenne conduit à un redéploiement du commerce de la France vers les zones à forte croissance, notamment vers l’Asie. Ainsi, en 2015, l’Asie est la deuxième zone d’achat de la France avec 17 % des importations, soit une progression de 4 points en dix ans. Le poids des exportations vers l’Asie augmente également, passant de 9 % en 2005, à 13 % en 2015. Par ailleurs, pour les pays dont le degré de développement est comparable, les échanges intra-branches par filière peuvent refléter l’intégration horizontale : les partenaires frontaliers échangent des produits identiques. Cela s’observe notamment pour la pharmacie avec l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la Belgique. La tradition du luxe conditionne le commerce de produits de la maroquinerie avec l’Italie et de bijoux avec la Suisse. Les échanges de véhicules de tourisme franco-britanniques relèvent également de cette intégration horizontale.

Et pour trouver de nouveaux partenaires et vous rendre visible sur le web, pensez à utiliser les services d’Europages !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *