Posté le : 3 avril 2017 Par : BlogEuropages

France-Export-Europages

Quels vont être en 2017 les pays et les secteurs les plus porteurs pour les exportateurs français ? Réponse à partir d’une note de l’assureur-crédit Euler Hermes.

Le trio gagnant : Allemagne, Espagne et Italie. Dans son étude réalisée en mars, l’assureur-crédit Euler Hermes estime que 80% de la demande additionnelle adressée à la France en 2017 proviendra de l’Union européenne. Parmi les pays les plus porteurs pour les exportateurs français, c’est l’Allemagne qui vient en tête des débouchés à capter en plus avec 5,2 milliards d’euros de nouveaux marchés.

On trouve ensuite l’Espagne (+ 3,9 milliards d’euros), l’Italie (3,4 milliards d’euros) et la Belgique (+ 2,9 milliards d’euros). Globalement ce sont les pays de l’UE qui vont tirer en 2017 la croissance des exportations françaises, plus particulièrement sur des secteurs tels que les biens d’équipements (+9,1 milliards), la chimie (+ 3,7 milliards) et l’automobile (+ 1,9 milliard). En 2016, 60% des exportations françaises étaient destinées à l’UE. A cela s’ajoutent également les pays de l’Europe émergente.

Autres débouchés supplémentaires en Chine et en Afrique du nord. Selon l’étude d’Euler Hermes, d’autres pays ou zones géographiquement plus éloignés peuvent présenter des opportunités pour les exportateurs français. Sont ainsi cités : la Chine où plus de 1,6 milliard d’euros seraient à capter en 2017, l’Afrique du Nord (+ 1,5 milliard) et les Etats-Unis (+ 1,4 milliard). Dans ce dernier pays, les entreprises françaises devraient bénéficier de la croissance américaine (+ 2,3% prévue en 2017) et ce malgré les velléités protectionnistes de Donald Trump car elles ont conscience du retard qu’elles ont pris. De même pour la Chine, les perspectives de croissance en 2017 (+ 8,9%) permettent d’envisager des débouchés supplémentaires.

Exit le Royaume-Uni. Avant le référendum sur le Brexit (juin 2016), Euler Hermes prévoyait une croissance des exportations françaises vers le Royaume-Uni de 6,1 milliards d’euros en 2017. Le vote des Britanniques en faveur du Brexit a changé la donne. En raison d’une sévère dépréciation de la livre sterling (- 12%), l’assureur-crédit estime qu’il y aura une contraction des importations britanniques et une stagnation des exportations françaises vers le Royaume-Uni. Cela devrait occasionner un manque à gagner de 6,1 milliards d’euros en 2017 pour les entreprises françaises. Trois secteurs seront particulièrement affectés : les machines & équipements, l’agroalimentaire et la chimie, qui exportent respectivement 10%, 9% et 7% de leur production vers le Royaume-Uni.

Et pour vous rendre visible auprès de vos clients/fournisseurs en Europe, inscrivez-vous sur Europages !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *