Posté le : 27 janvier 2012 Par : TeamEuropages

Silhouette-homme-4

Olivier LEFEVRE, Directeur Commercial FROST France  » … Les langues les plus utiles pour nous seraient : l’espagnol – vu le potentiel de développement de l’Amérique Latine – et l’allemand, vu l’intérêt que nous portons à l’Allemagne. »

Olivier LEFEVRE, Directeur Commercial FROST France

FROST France systèmes automatisés pour transporter des charges

Pourriez-vous définir votre métier ?

Chez Frost, nous fabriquons des systèmes automatisés pour transporter des charges allant de quelques kilos à plusieurs tonnes, dans des ateliers de constructions automobiles ou aéronautiques. Nous faisons cela par le biais de systèmes de rails aériens mécanisés et automatisés. Nos clients sont des industriels français et étrangers.

Qui sont vos plus gros clients ?

Renault, PSA, Manitou, le groupe Rio Tinto… etc. Nous avons aussi des clients qui fabriquent du matériel agricole, qui peignent de l’aluminium, notamment dans le cadre de lignes d’assemblage ou de lignes de peinture.

Comment vous y prenez-vous pour promouvoir votre activité ?

Depuis l’avènement d’internet, tout a complètement changé. C’est indiscutable. Si autrefois tout reposait sur des salons et sur le bouche-à-oreille, aujourd’hui la majeure partie de notre stratégie de promotion et de communication repose sur le web. Bien entendu, nos contacts réels sont toujours importants, mais notre promotion repose et de manière croissante sur notre site internet et notre présence sur Europages.

De fait, nous ne nous déplaçons plus jamais sur des salons.

Plus jamais ?

Et bien non ! Internet, c’est le salon permanent ! Les coûts y sont moindres et l’exposition tellement plus importante. D’autant que dans les salons, nous étions cernés par des dizaines de concurrents.

Grâce à internet, parvenez-vous à atteindre des clients que vous ne pourriez contacter autrement ?

Oui, notamment via Europages.

Grâce à notre présence sur l’annuaire b2b, nous avons des demandes de devis qui arrivent de pays de plus en plus lointains. De Hong Kong ou de Chine par exemple, mais aussi de France. Donc oui, nous avons beaucoup de demandes qui ne nous seraient pas parvenues sans une telle exposition, via notre site internet et grâce à notre présence sur Europages.

Quelle est la part de l’export dans votre chiffre d’affaires ?

C’est difficile à dire. Selon les années, on a pu atteindre 35% de notre chiffre d’affaires réalisé à l’export. Mais en général, cela oscille entre 15 et 20%.

C’est un domaine qu’on essaie de développer.

Tant en termes de référencement comme de visibilité à l’étranger, Europages est un élément capital de notre développement à l’export.

Au-delà de ces données, quelles sont les améliorations d’Europages qui pourraient vous permettre d’aller plus loin dans ce développement à l’export ?

En termes de traduction, par exemple, j’imagine que d’autres langues pourraient nous aider à atteindre de nouveaux clients, notamment en ce qui concerne les termes techniques, difficilement traduisibles et qui sont pourtant très fréquents dans notre domaine.

Les langues les plus utiles pour nous seraient : l’espagnol – vu le potentiel de développement de l’Amérique Latine – et l’allemand, vu l’intérêt que nous portons à l’Allemagne. Pourquoi ensuite ne pas tenter de traduire nos contenus sur Europages en russe et en chinois ?

NDLR : la E*Page de Frost France est traduite et visible en 15 langues sur Europages, y compris en espagnol, en allemand, en russe et en chinois. Nous nous sommes fait un devoir de le rappeler à M. Lefebvre.


Les commentaires sont fermés.