Posté le : 14 novembre 2017 Par : BlogEuropages

InstrumentPME-PCN-Europages

Le programme de soutien de l’UE aux PME européennes innovantes «Instrument PME» va connaître d’importantes évolutions pour la programmation 2018-2020. Présentation de ces changements par le réseau Enterprise Europe Network (EEN).

Un seul appel à projet « Bottom-up ». Premier changement concernant ce programme dont un bilan avait été dressé à mi-parcours (voir notre article Programme Instrument PME : bilan à mi-parcours) : il n’y aura plus qu’un seul appel à projet ouvert à toutes les thématiques. Par conséquent, des projets en nouvelles technologies de l’information seront comparés à des projets dans les énergies renouvelables ou encore dans la santé. Cela pourrait faire augmenter le nombre de candidats. L’ambition et la disruption seront plus que jamais nécessaires pour se faire remarquer.

Plus de financements. Autre changement, annonce l’EEN France dans son analyse : il y aura plus de financements. Dès ses débuts en 2014, Instrument PME était présenté comme un programme à montée en charge progressive (augmentation du budget de 7 à 10% par an). Les candidats 2018 bénéficieront d’une belle augmentation en particulier pour la phase 1 (+45%) et cela continuera jusqu’en 2020 pour atteindre 58 M€ en phase 1 et 511 M€ en phase 2. Cela devrait compenser l’augmentation du nombre de candidats, donc le taux de succès devrait rester sensiblement le même (de 8,4% en Phase 1 et de 5,5% en Phase 2).

Evaluation différente. Les propositions seront évaluées selon les traditionnels trois grands critères, mais pondérés de la manière suivante : excellence (25%), impact (50%) et mise en oeuvre (25%). Il va donc falloir avoir des arguments forts et convaincants à propos de l’impact de votre innovation sur les marchés européens et mondiaux, sa participation à la résolution des grands défis européens, et sur la vie des citoyens européens. Les projets qui créent un nouveau marché d’ampleur ou qui tirent partie d’un marché existant d’une manière innovante pourraient bien tirer leur épingle du jeu. Plus que jamais, estime l’EEN, la Commission européenne se comporte comme un investisseur. L’agence en charge de l’évaluation (EASME) a recruté des évaluateurs spécifiquement issus du monde du capital risque. La nouvelle procédure d’évaluation des dossiers phase 2 inclura une session de pitch à Bruxelles pour les meilleurs candidats.

A noter que les membres d’EEN France fournissent un accompagnement gratuit pour vous orienter vers les bons financements européens et en particulier vous préparer à candidater à Instrument PME. Et pour mieux connaître vos concurrents et/ou partenaires, pensez à consulter le site Europages avec des informations très précises sur les sociétés disponibles en 26 langues !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *