Posté le : 23 octobre 2017 Par : BlogEuropages

DelaispaiementMaroc-Europages

Selon une enquête de la Coface sur les comportements de paiement au Maroc, les délais moyens de paiement se sont de nouveau allongés en 2017, de même que les retards de paiement. Explications sur ce phénomène qui touche tous les secteurs d’activité.

Des délais moyens de paiement de 99 jours. Dans son étude réalisée pour la troisième année consécutive, la Coface, qui a interrogé 256 entreprises marocaines volontaires de tous secteurs et de toute taille, constate que les délais moyens de paiement ont encore augmenté cette année. Ils sont ainsi passés à 99 jours en 2017 contre 82 jours en 2016 et 66 jours en 2015. Si certains secteurs tel que la construction observent des délais de paiement traditionnellement longs, l’allongement des délais touche désormais la quasi-totalité des secteurs représentés. Au cours du premier semestre 2017, les délais de paiement ont été en moyenne de 105 jours pour la construction, de 102 jours pour la distribution et le négoce, de 98 jours pour les services aux entreprises et de 90 pour l’agroalimentaire. Ils étaient respectivement de 87, 89, 64 et 63 jours en 2016.

Voir la vidéo de la CFCIM Maroc avec l’administrateur directeur général de la Coface au Maroc détaillant les résultats de l’étude (3m14)

Des retards de plus de 120 jours en nette augmentation. Selon l’enquête de la Coface, si le pourcentage des répondants faisant face à des retards moyens de 30 à 60 jours est resté stable en 2017 par rapport à 2016 (28%), les entreprises affichant des retards de plus de 120 jours sont en nette augmentation (21,4% pour des retards de 120 à 210 jours et 5% pour des retards supérieurs à 210 jours). En ce qui concerne les retards par secteur, les entreprises enregistrant les retards les plus longs sont les secteurs industriels tels que le textile (111 jours), suivi de l’automobile (104 jours) et de l’agroalimentaire (87 jours). Les ratios d’impayés sont également en nette hausse puisque plus de 30% de l’échantillon affirme observer des ratios d’impayés supérieurs à 10%.

Quelles causes ? Toutefois, selon l’assureur-crédit, cet allongement des délais pourrait être temporaire et s’expliquerait par des facteurs conjoncturels. Parmi ceux-ci, la Coface cite le ralentissement économique de 2016, qui a entraîné une baisse de la croissance de près de trois points et la contraction du PIB agricole de plus de 10%. Autres causes : le manque de liquidités et les problèmes d’accès au financement des entreprises. Le nombre d’entreprises interrogées par la Coface pour cette enquête dont la situation de trésorerie s’est dégradée sur les 6 derniers mois est en augmentation par rapport à 2016 (43% au lieu de 37%). Toutefois les entreprises restent optimistes pour l’avenir : malgré l’allongement des délais de paiement au cours des 6 derniers mois, celles-ci ne s’attendent pas à une nouvelle dégradation. Plus de la moitié d’entre elles prévoient même une stabilisation des comportements de paiement.

Et pour trouver des partenaires et/ou des fournisseurs au Maroc, pensez à vous inscrire sur Europages !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *