Posté le : 13 juillet 2017 Par : BlogEuropages

Norvege-petrole-Europages

Située à la sixième place du classement Doing Business 2017 établi par la Banque mondiale, la Norvège présente de nombreuses opportunités d’affaires pour les entreprises françaises, selon la CCI France-Norvège. Focus sur trois secteurs particulièrement porteurs : l’environnement, les infrastructures et les transports ainsi que le pétrole et le gaz.

Environnement. La Norvège s’est fixé des objectifs ambitieux en matière de contrôle des gaz à effets de serre, signale dans un document de la Chambre de commerce franco-norvégienne. Parmi ces objectifs on peut citer la diminution d’ici à 2020 des émissions de CO2 de 30% par rapport aux émissions de 1990 ; devenir carboniquement neutre en 2030 et interdire à partir de 2025 l’émission de CO2 par des voitures neuves, ce qui implique l’arrêt de la vente des véhicules à essence.

Autre mesure phare : depuis 2010 tous les bâtiments de plus de 500 mètres carrés doivent couvrir au moins 60 % de leurs besoins énergétiques par des sources renouvelables. Les entreprises françaises sont bien placées dans tous ces domaines : capture et stockage de CO2, traitement des déchets, éco-construction, ou encore dans les technologies favorisant les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables. De même, dans les NTIC, notamment avec le concept des Smart Cities, qui est en plein développement en Norvège.

Infrastructures et transports. Le Plan national des transports 2018-2029 prévoit d’allouer 110 milliards d’euros au secteur des transports sur l’ensemble de la période. Ceci correspond à un montant annuel de 8,2 milliards d’euros pendant 12 ans, soit une augmentation de 37% des financements accordés aux transports sur l’année 2017. Sur ce montant, 34 milliards vont au ferroviaire et 57 milliards reviennent au routier, tandis que l’aérien, le maritime et l’urbain se partagent le reste. Dans tous ces secteurs, les entreprises françaises sont bien positionnées pour présenter des offres compétitives.

Pétrole et gaz. 2016 a été une année de purge après de nombreuses années d’euphorie. Si le prix du baril remonte au dessus de 50 dollars – comme le prévoient de nombreux analystes -, les investissements devraient repartir en 2017 car les réserves et projets sont réels. Parmi les projets à l’horizon figure le développement du champ de Johan Sverdrup, découverte majeure de ces 30 dernières années, dont la mise en production est prévue pour 2019. En outre, l’industrie pétrolière norvégienne a profité de la conjoncture actuelle pour dégraisser, se restructurer pour être en mesure de faire face à une forte concurrence internationale. Cela génère des opportunités pour de nouveaux acteurs français innovants permettant d’améliorer la productivité et/ou de baisser les coûts.

Et pour trouver des partenaires et/ou des clients en Norvège, inscrivez-vous sur Europages, ce qui vous permet d’être visible à l’international !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *