Posté le : 8 novembre 2016 Par : BlogEuropages

eoliennepays-bas-europages

Face à une politique massive de privatisations menée aux Pays-Bas, c’est le moment pour les investisseurs étrangers de profiter des conditions attractives proposées par le gouvernement néerlandais. Celui-ci désire particulièrement les attirer dans deux secteurs : les énergies renouvelables et les transports. Explications.

Des conditions générales favorables. Selon une note de CCI France International, lors des deux dernières décennies, les différents gouvernements des Pays-Bas ont mené une politique de privatisation d’un nombre important d’entreprises et d’associations à l’échelle nationale et régionale. Les communes et provinces ne doivent plus obligatoirement prendre part dans le capital de certaines entreprises dans les secteurs de l’électricité, des télécommunications (KPN) ou encore des postes (PostNL). Cette politique de privatisation offre des opportunités pour les investisseurs étrangers. De plus, comme le rappelle l’agence gouvernementale Invest In Holland, les conditions fiscales sont particulièrement favorables pour les investisseurs étrangers. Le taux d’imposition des sociétés est de 25%, soit un des plus faibles d’Europe. Et il n’y a aucune taxe sur la valeur ajoutée sur les exportations.

Les secteurs où investir. Dans un précédent article, nous avions mentionné les secteurs clés de ce pays : agro-alimentaire, industries créatives, chimie, énergie, high tech, horticulture, sciences de la vie, logistique, eau. Ces secteurs restent toujours très dynamiques, mais c’est dans deux secteurs particuliers que le gouvernement néerlandais souhaite encourager les investissements étrangers :
– les énergies renouvelables, voir à ce sujet la page d’Invest in Holland. La plupart du temps, une entreprise d’Etat ainsi qu’un investisseur étranger prennent part à ce secteur. Par exemple, Vattenfal, une entreprise d’Etat suédoise, a acheté Nuon, une grande entreprise néerlandaise de production, de transport et de distribution d’énergie. Autre cas, la construction du parc éolien Gemini, au nord de l’île Schiermonnikoog, a été financée à hauteur de 60% par le fournisseur d’énergie canadien Northland Power et à 20% par l’entreprise allemande Siemens. En outre, le gouvernement néerlandais a accordé récemment une subvention de 2,3 milliards d’euros à l’entreprise Dong Energy, possédée à hauteur de 50% par le gouvernement danois, pour la réalisation d’un parc éolien sur la cote zélandaise ;
– les transports. Les sociétés ferroviaires et d’autobus régionales sont déjà pour beaucoup la propriété d’entreprises publiques étrangères. Par exemple, Arriva est une filiale de la Deutsche Bahn. Mais aussi Veolia, Connexion et Breng, qui se chargent du transport de voyageurs par train et par bus, sont des filiales de la multinationale française Veolia Transdev, gérée par une banque d’investissement dans laquelle l’État français est un actionnaire important.

Et pour être trouvé par des partenaires néerlandais, inscrivez votre entreprise et publiez votre catalogue sur Europages !


Les commentaires sont fermés.