Posté le : 20 janvier 2012 Par : TeamEuropages

PHYSIOTHERAPIE-GENERALE-DE-FRANCE-Jean-Luc-BES

Jean-Luc BES, président PHYSIOTHÉRAPIE GÉNÉRALE DE FRANCE  » … Grâce à notre présence sur EUROPAGES, nous recevons régulièrement des emails de prospects qualifiés, en provenance de nombreux pays étrangers. »

Jean-Luc BES, président PHYSIOTHÉRAPIE GÉNÉRALE DE FRANCE

PHYSIOTHÉRAPIE GÉNÉRALE DE FRANCE confection et assemblage de dispositifs médicaux

Quel est votre cœur de métier?

Notre métier est la confection et l’assemblage de dispositifs médicaux qui sont commercialisés sous la marque G5. Nous sommes présents sur trois secteurs bien distincts, pour des applications bien différentes. Le premier secteur est celui de la médecine, du confort, et de la kinésithérapie respiratoire. Le deuxième secteur est celui de l’esthétique, pour des soins drainants, relaxants, amincissants. Et enfin, notre troisième secteur d’activité, qui est le plus récent est le secteur équin. Il s’agit encore d’une activité très différente des deux premières, puisqu’elle se centre sur le soin apporté aux chevaux de compétition.

En effet, votre activité se déploie sur des marchés éclectiques. Quelles méthodes utilisez-vous pour la promouvoir?

Nous travaillons avec des distributeurs en France comme à l’étranger. Nos clients sont uniquement des professionnels. Ce sont des instituts de beauté, des centres d’amincissement, des spas, des hôtels de luxe. Pour la partie médicale, ce sont des cliniques, des hôpitaux, des ostéopathes, des chiropracteurs, des cabinets de kinésithérapie. Enfin, dans le secteur équin, nos clients sont des cavaliers, des propriétaires de haras, voire des ostéopathes spécialisés en soins équins. Pour atteindre ces différents types de clients, nous tendons à travailler de plus en plus en direct avec un maillage du terrain par des commerciaux et des formatrices, de la manière la plus étroite possible. Il s’agit là de notre stratégie sur le marché français.

Ne faites-vous donc rien sur le web?

Bien sûr que si. Nous avons des sites internet. Mais aucun d’entre eux n’est marchand. Nous envisageons d’en faire des plateformes commerciales un jour. Pour l’heure, rien n’a été fait en ce sens. Il n’y a pas d’urgence à mon sens.

Vos sites internet ne sont donc que des outils de promotion?

Tout à fait. Nos sites internet nous servent de vitrine, ils viennent appuyer la stratégie que nous déployons sur le terrain. Nous sommes très présents sur les salons, sur les congrès médicaux esthétiques et aussi sur les courses équines. Toutes ces manifestations nous permettent de faire la promotion de notre matériel. Notre présence sur les salons est indispensable, afin de se faire connaitre, notamment au près du réseau de distribution.

A quel niveau le site internet Europages intervient-il dans cette stratégie? Vous apporte-t-il une clientèle ciblée?

Absolument. Nous sommes sur Europages depuis déjà plusieurs années. Grâce à notre présence sur ce site internet, nous recevons régulièrement des emails de prospects qualifiés, en provenance de nombreux pays étrangers! C’est tout à fait complémentaire de notre présence sur les salons, qui elle aussi est indispensable.

Parvenez-vous à mesurer le ROI obtenu grâce à Europages?

Nous pouvons mesurer le retour par pays. Il suffit pour cela de demander ces statistiques à Europages pour quantifier les retombées.

Avez-vous constaté une amélioration de votre référencement naturel, à la suite de votre inscription sur Europages?

Non, pas directement. Mais il faut avouer que ce n’est vraiment pas ce que nous observons en priorité. Nous n’y sommes pas très attentifs …

Quel est le pays le plus lointain qu’Europages vous ait permis d’atteindre?

Le Brésil !

Soit le plus grand marché de l’esthétique au monde?

Exactement ! Nous faisons 70% de notre chiffre d’affaires à l’exportation, avec comme première destination le Brésil. Nous travaillons aussi beaucoup sur l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie du Sud Est et l’Amérique du Sud. Il est donc très important pour nous d’être présents sur Europages.

Avoir le contenu de votre E*Page et de votre E*Card traduit dans de nombreuses langues est-il primordial pour atteindre des clients dans toutes ces régions du monde? 

Je ne sais plus exactement de quel abonnement nous disposons chez Europages. Mais l’anglais est suffisant dans la plupart des cas. Pour prendre l’exemple le plus représentatif: au Brésil, nous sommes représentés par un distributeur local qui a son propre réseau à travers tout le pays. Dès que nous recevons des demandes via Europages, qu’elles soient rédigées en espagnol, en portugais ou en anglais, nous les transmettons directement par email, à notre correspondant sur place. Le fait que notre E*Page ou notre E*Card soient traduites dans une autre langue que l’anglais n’est pas indispensable. Dans notre secteur, tout le monde utilise suffisamment bien l’anglais pour comprendre ce que l’on fait. Ensuite, il est important d’avoir un correspondant sur place qui soit capable de communiquer dans la langue du pays, une fois le contact établi via Europages.

NDLR : la société Physiothérapie Générale de France bénéficie d’une présence Premium en 15 langues sur Europages. C’est grâce à sa traduction en portugais que son entreprise a été trouvée au Brésil même si les discussions qui ont suivies se sont déroulées en anglais.


Les commentaires sont fermés.