Posté le : 30 novembre 2016 Par : BlogEuropages

jeaninedubie-europages

Dans son rapport sur les crédits de la mission Commerce extérieur rédigé dans le cadre de l’examen du budget 2017, la députée des Hautes-Pyrénées Jeanine Dubié met en exergue 5 freins à l’export pour les PME françaises et préconise des mesures d’amélioration.

PME françaises à la peine à l’export. Le constat n’est pas nouveau, mais il perdure : les PME françaises restent peu représentées à l’export en termes de volume ou de valeur des exportations, selon la députée Jeanine Dubié  nommée rapporteure pour avis sur les crédits de la mission Commerce extérieur. Dans son rapport, elle pointe cinq difficultés récurrentes des PME françaises à l’internationalisation :

  • Un manque d’expertise et de qualifications internes,
  • Un sentiment d’isolement et une faible collaboration entre entreprises,
  • Des marges financières insuffisantes,
  • Une compétitivité difficile à établir dans la concurrence internationale,
  • Un système de soutien dual public-privé, dont l’efficacité n’est pas acquise.

Voir la vidéo de son intervention

Les dispositifs de soutien peu visibles. La députée souligne que le dispositif de soutien à l’export dual (public et privé) est peu visible et manque d’efficacité même si des efforts ont été faits. Du côté public, elle dénonce ainsi un « foisonnement de dispositifs de soutien (…) insuffisamment personnalisés » pointant du doigt Business France (« soutien trop cher »), les régions (« soutien trop hétérogène ») et Bpifrance (« soutien élitiste, longtemps parallèle à celui de la Coface »).

Sur ce dernier point, les choses vont changer puisqu’à partir de janvier 2017, il y aura un transfert des garanties publiques du commerce extérieur de la Coface à Bpifrance à travers une nouvelle filiale dénommée Bpifrance-Assurance export (BPI-AE). Pour le dispositif de soutien à l’export privé, Jeanine Dubié estime qu’il est doté de trop peu de moyens. C’est le cas des CCI de France et des CCI françaises à l’international dont les moyens baissent. Pour l’année 2017, il est ainsi prévu une baisse de 60 M€ de la taxe pour frais de chambres perçues par les CCI (-15,95 %), baisse toutefois moins importante que celle qui avait été imposée en 2016 (130 M€).

Quelles solutions ? Jeanine Dubié fait les propositions suivantes pour améliorer et simplifier le parcours à l’export des PME :

  • le ciblage du CICE (crédit d’impôt compétitivité-emploi) sur les entreprises exportatrices ;
  • la valorisation de la « marque France » ;
  • la clarification des responsabilités des organismes de soutien, et leur coordination, via la poursuite de la signature de partenariats ;
  • l’amélioration de la gestion de l’opérateur Business France ;
  • l’harmonisation des politiques régionales de soutien à l’export ;
  • la personnalisation de l’accompagnement, par la mise en relation des chefs d’entreprise souhaitant exporter avec d’autres chefs d’entreprise ayant effectué les mêmes démarches avant eux ;
  • l’incitation faite aux grands groupes et aux ETI d’entraîner, dans leur sillage, des PME à l’export ;
  • la stabilisation des politiques publiques de soutien à l’export et des subventions accordées aux organismes tels que Business France ou CCI International.

Une chose reste simple à faire pour les PME qui veulent se développer à l’export : utiliser les services d’Europages pour rencontrer de potentiels clients et/ou fournisseurs. Et pour gagner en visibilité à l’international, inscrivez votre entreprise sur Europages !


Les commentaires sont fermés.