Posté le : 20 janvier 2012 Par : TeamEuropages

Silhouette-homme-4

Didier RODRIGUES, Directeur des Achats et des ventes POUCHARD TUBES  » … Nous espérons simplement que notre notoriété qui est très bien établie en France pourra s’étendre à d’autres pays. »

Didier RODRIGUES, Directeur des Achats et des ventes POUCHARD TUBES

POUCHARD TUBES fabricant, distributeur et stockiste de tubes en acier

Pourriez-vous définir votre activité ?

Nous avons trois activités qui tournent autour du tube en acier. D’une part celle de distributeur et stockiste qui est en réalité une activité de négoce, ensuite celle de fabriquant sur mesure et enfin celle de parachèvement de tubes, notamment pour l’industrie automobile. Nous touchons pratiquement toutes les industries. Et nos clients viennent de secteurs très divers: de l’automobile, de la fabrication de machines agricoles ou de chaudières industrielles, voire du domaine de la construction mécanique en général.

Quel est votre avantage compétitif ?

Ce qui nous distingue sur le marché français est avant tout l’importance de notre stock. Nous faisons en sorte de toujours disposer d’une très grande gamme de tubes possible et de faire preuve de la plus meilleure réactivité possible dans leur livraison. Variété, disponibilité et fourniture en 24, voire 48 heures sont les maître-mots de notre stratégie.

Comment faites-vous pour promouvoir votre activité ?

Etant donné que nous existons depuis très longtemps, notre notoriété joue un grand rôle. Et bien entendu, nous fréquentons les salons et publions des annonces dans la presse spécialisée et les sites spécialisés. D’autre part, nous essayons de concentrer nos efforts pour valoriser notre image sur internet. Cela se fait via Google, notre site internet et bien sûr Europages. Notre site internet permet d’effectuer des demandes de devis ainsi que des prises de contact. Nous ne faisons que du b2b, une plateforme marchande serait donc parfaitement inutile. D’autant que nous ne commercialisons que très peu de pièces à la vente en l’état.

Quelle est la part de l’export dans votre chiffre d’affaires ?

Elle oscille entre 5 et 10 %. Elle varie assez peu, au gré des aléas du commerce. Il s’agit d’un export qui est très orienté vers la communauté européenne, bien que nous fassions un petit peu de grand export, mais cela reste très occasionnel. Nous aimerions que ce soit de plus en plus le cas.

Avez-vous l’ambition, grâce à Europages d’accroître la part de l’export dans vos bénéfices ?

En effet, il s’agit là d’un des objectifs de notre inscription sur Europages. Mais, malheureusement, pour le moment, nous n’avons pas encore conclu d’affaires. Nous espérons simplement que notre notoriété qui est très bien établie en France pourra s’étendre à d’autres pays.

A cette fin, comment pourrions-nous améliorer Europages ?

Vous avez déjà considérablement amélioré votre interface, qui est devenue très claire et facile d’utilisation. Il n’y a rien à ajouter. Ce cadre est bon, maintenant il faut que nos prospects l’utilisent pour venir à nous. Malheureusement, ce n’est pas encore le cas. Mais nous gardons espoir. Et pour le moment, nous nous contentons de ce qu’Europages nous apporte en termes de référencement.


Les commentaires sont fermés.