Posté le : 9 juillet 2019 Par : BlogEuropages

AchatB2B-Europages

Trois grandes tendances se dégagent de l’étude annuelle Agile Buyer/CNA (Conseil national des achats) sur les priorités des Départements Achats en 2019 en France, dont le critère du « Made in France » qui prend encore plus d’ampleur dans l’attribution d’un marché.

Des relations déséquilibrées avec les fournisseurs. En matière de sourcing, près de 54% des départements Achats interrogés affirment subir des relations déséquilibrées et défavorables avec des fournisseurs. C’est la première grande tendance dégagée par cette étude réalisée fin 2018 par la société de conseil Agile Buyer et l’association Conseil national des achats via un questionnaire en ligne adressé à un panel ciblé de personnes exerçant dans les achats, tous secteurs confondus. Selon l’étude, un certain nombre de fournisseurs augmentent purement et simplement leurs prix de vente sans demander leur reste à leur référent achats. Tandis que d’autres décident de ne plus délivrer et engendrent une rupture de la chaîne d’approvisionnement.

La gestion des risques prioritaire. Deuxième tendance forte : au-delà de la continuité et de la sécurisation des approvisionnements, la gestion des risques fournisseurs est une préoccupation importante chez les acheteurs puisque 75% d’entre eux déclarent avoir des objectifs en la matière en 2019. Ces risques peuvent être de caractères divers : logistiques, financiers, juridiques, normatifs, sanitaires, opérationnels ou encore concernant la qualité, la RSE et l’image.

Le « Made in France » devient un critère majoritaire. Troisième grande tendance déjà constatée en 2018 et qui prend de l’ampleur : le « Made in France » ou l’achat local est considéré par une majorité d’acheteurs (53%) comme un critère d’attribution du business. Ce pourcentage passe pour la première fois au-dessus de la barre des 50% depuis qu’il est mesuré. Il a progressé de manière constante : uniquement 31% en 2017 et 43% en 2018.

Cette tendance est toutefois très variable d’une branche d’activité à l’autre avec des secteurs où le « Made in France » est prépondérant comme l’hôtellerie et la restauration, la mode ou encore le luxe. Corollaire de cette tendance : les achats dans les pays à bas coûts continuent de perdre du terrain. Pour 69% des répondants, il ne s’agit pas d’un axe de travail (en hausse de deux points par rapport à 2018).

Et pour vous rendre visible auprès des acheteurs, pensez à créer votre E*Page avec toutes les fonctionnalités proposées: catalogue produits, actualités, documents, vidéos et images !


Les commentaires sont fermés.