Posté le : 10 mai 2016 Par : BlogEuropages

Traduction-Europages

Selon plusieurs études menées en Europe, le fait de traduire son site internet dans la langue de ses clients et/ou de ses fournisseurs est incontournable pour susciter l’intérêt et déclencher un acte d’achat. Et cela même si les Européens parlent plusieurs langues. Explications.

Je ne peux pas lire dans ma langue, je n’achète pas ! Une première étude menée dans 8 pays européens par le cabinet spécialisé Common Sense Advisory met en valeur l’association forte qui existe entre le langage utilisé et la volonté d’achat. 72% des consommateurs interrogés passent ainsi la majorité de leur temps sur des sites dans leur propre langue et sont plus disposés à acheter sur ces sites. En outre, pour 56% des consommateurs, la possibilité d’obtenir des informations dans leur langue est plus importante que le prix. Ces données sont confirmées par une étude de 2011 de la Commission européenne sur les préférences linguistiques sur internet dans 23 pays européens. 9 internautes sur 10 déclarent utiliser toujours leur propre langue pour visiter un site quand ils ont le choix entre plusieurs langues et 42% signalent qu’ils n’achètent jamais de produits ou de services dans d’autres langues !

De l’importance du multilinguisme. Bien entendu, tout dépend des secteurs d’activité et de la taille des entreprises. Selon une étude réalisée en 2015 au niveau mondial par Common Sense Advisory, ce sont les sociétés qui sont les plus importantes qui utilisent le plus grand nombre de langues sur leurs sites (de 12 à 19 langues pour des marques évaluées en moyenne à 12 milliards de dollars). A l’horizon de 2018, le cabinet Common Sense Advisory estime qu’il faudra au minimum avoir un site disponible en 20 langues différentes pour s’imposer au niveau mondial. Parmi les secteurs qui utilisent le plus de sites multilingues, on peut citer la R&D (recherche et développement), l’automobile, l’informatique, les équipements médicaux de précision ou encore la pharmacie.

Qu’en est-il pour les PME B2B ? Selon nos clients, PME, interrogés dans notre rubrique « Histoires d’export », il apparaît que le nombre de langues proposées sur un site d’une entreprise exportatrice est d’en moyenne 4 : le français, l’anglais, l’espagnol, et l’allemand. Confrontées aux difficultés du SEO multilingue (voir notre article à ce sujet), ces PME recourent aux services Europages pour étendre leur visibilité internationale en 26 langues.

Et vous, quelle est votre stratégie en matière de multilinguisme ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.