Posté le : 6 mai 2015 Par : TeamEuropages

bosphoreTurquie

Aujourd’hui 16ème puissance économique mondiale et 6ème puissance européenne… demain dans le top 10 des puissances mondiales et dans le top 3 des puissances européennes si son développement se poursuit, la Turquie présente de nombreuses opportunités à l’export pour les entreprises européennes. Voici 5 secteurs particulièrement porteurs.

Un large marché domestique et une plateforme de ré-exportation. Comme l’indique le site gouvernemental Invest in Turkey, la Turquie, avec ses 77,7 millions d’habitants (dont la moitié a moins de 30 ans), possède un marché domestique important. Le pays compte à lui seul 40 millions d’abonnés à Internet, 72 millions de possesseurs de téléphones mobiles et 57 millions d’utilisateurs de cartes de crédit. En outre, en raison de sa situation géographique, la Turquie peut être considérée comme une réelle plateforme de ré-exportation vers les marchés de l’Europe orientale, de la Russie, des pays d’Asie centrale, d’Afrique du Nord et du Moyen Orient, soit plus de 1,5 milliard de consommateurs à moins de 4h de vol d’Istanbul, indique la CCI France Turquie.

5 secteurs porteurs. Dans une fiche pays sur la Turquie, Ubifrance détaille les opportunités à l’export pour les entreprises françaises. Nous en avons extrait 5 secteurs particulièrement porteurs :

  1. NTIS ou nouvelles technologies innovation et services. L’évolution des habitudes de consommation de la population et son goût pour la modernité se traduisent par d’importantes opportunités dans ce secteur.
  2. Textile-habillement. La Turquie représente actuellement 4% des exportations mondiales de textile-habillement. Ce secteur occupe le 1er rang à l’exportation du pays et présente des opportunités pour la vente d’équipements et matières premières pour l’industrie textile.
  3. Santé et produits cosmétiques. Le marché pharmaceutique turc occupe la 6ème place en Europe et la 16ème place mondiale. Les dépenses en matière de santé n’ont cessé de croître au cours des dernières années et s’élevaient à 6,5% du PIB en 2013. En matière de produits cosmétiques, le marché bénéficie de l’augmentation du niveau de vie et croit d’environ 8% par an en moyenne.
  4. Agro-alimentaire. Ce secteur reste un marché de niche (gastronomie, ingrédients et arômes, vins et spiritueux) en raison de son exclusion de l’accord d’union douanière de 1996 avec l’UE, mais il présente des opportunités, particulièrement dans les grandes villes du pays (Istanbul, Ankara, Izmir).
  5. Infrastructures de transports. Depuis maintenant une dizaine d’années, la Turquie investit massivement dans ses infrastructures de transports. Ces investissements correspondent à une exigence réelle de mise à niveau pour faire face aux besoins de déplacement de la population et des marchandises.

La version turque du site Europages bénéficie de plus de 500.000 visites émanant notamment de professionnels en phase de sourcing. Vous souhaitez être trouvé par des acheteurs turcs en recherche de partenaires ? Contactez-nous !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *