Posté le : 12 mars 2012 Par : TeamEuropages

Silhouette-femme-2

Laetitia PERCHE, Directrice communication et marketing SOFRIGAM… « …il est indéniable que nous avons besoin de développer une certaine notoriété sur le web… »

Laetitia PERCHE, Directrice communication et marketing SOFRIGAM

SOFRIGAM créateurs et fabricants d’emballages réfrigérants

Pourriez-vous me décrire votre activité ?

Nous sommes créateurs et fabricants d’emballages réfrigérants, notamment dans le domaine de la santé et plus particulièrement des médicaments. Il nous arrive également de travailler dans le domaine de l’agro-alimentaire et pour des particuliers.

Qui sont vos clients ?

En très grande majorité, ce sont des laboratoires pharmaceutiques.

Quel est votre avantage concurrentiel ?

C’est notre offre en matière de services. Elle repose sur trois piliers. Le premier est la sécurisation de l’expédition. En effet, nos emballages sont validés par les laboratoires de microbiologie, ce qui constitue une assurance indispensable pour les laboratoires qui transportent des médicaments à forte valeur ajoutée. D’autre part, le respect de l’environnement que nous manifestons tout du long de la production de nos emballages joue un grand rôle dans la fidélisation de notre clientèle. Enfin, le troisième pilier constitutif de notre avantage concurrentiel est l’éventail de service que nous sommes en mesure de proposer au client. Cela va bien au-delà de notre capacité à fabriquer des emballages. En effet, nous facilitons la prise de commande de nos clients grâce à nos sites intranet et nous leur proposons aussi un service complet de recyclage des emballages. De fait, notre gamme de services ajoutés est très large, et c’est grâce à elle que nous dépassons nos concurrents.

Comment faites-vous la promotion de ces avantages ? 

Dans la mesure où nous nous situons sur un marché très spécifique, nous n’avons pas vraiment besoin de faire de la promotion au sens large. Il s’agit de ce qu’on appelle « une niche ». Les acteurs de notre marché étaient très peu nombreux, il y a cinq ans et aujourd’hui, ils sont encore moins nombreux. En effet, le jeu des fusions/acquisitions en a limité le nombre. Il ne reste qu’une poignée de grands donneurs d’ordres. Et nous les connaissons tous depuis longtemps. Notre objectif est donc d’approfondir nos relations avec ces clients. Pour ce faire, nous comptons sur les salons pour aller à leur rencontre. Et pour ce qui est de la promotion, au sens où vous l’entendez, notre action principale consiste à être présents dans des publications spécialisées dans le domaine de la santé.

Quelle est la part de l’export dans votre chiffre d’affaires ?

Elle est immense : elle représente 98%. Nous travaillons très peu avec la France et, comme je le mentionnais tout à l’heure, par le jeu des fusions/acquisitions, les centres de décisions de l’industrie pharmaceutique se sont concentrés en Amérique du Nord, voire en Europe hors France.

Comptez-vous sur Europages pour maintenir votre croissance à l’export ?

Pas exactement. Il nous paraît évident que ce n’est pas par Europages que les grands décideurs découvrent qui nous sommes. Mais il est indéniable que nous avons besoin de développer une certaine notoriété sur le web. Disons qu’Europages nous apporte une visibilité indispensable, ne serait-ce que pour nous faire connaître des transporteurs et autres logisticiens qui seraient amenés à devenir nos partenaires.

Que vous apporte Europages?

Notre marché est structuré d’une telle manière que nous ne pouvons pas compter sur le simple jeu du SEO (Ndlr : référencement naturel sur internet) sur le web et attendre de nouveaux clients. L’industrie pharmaceutique compte tout au plus cinquante grands décideurs et ils nous connaissent déjà. Donc, nous devons nous contenter de nos habituels salons pour nouer de nouveaux contacts et de faire du networking pour asseoir nos relations avec nos clients. Mais si nous n’attendons pas de nouveaux clients de votre part, il est indéniable que nous avons besoin de vous pour être visibles auprès de nos futurs fournisseurs. Il serait absolument illogique que Sofrigam n’apparaisse pas sur les moteurs de recherche B to B.


Les commentaires sont fermés.