Posté le : 12 mars 2012 Par : TeamEuropages

boffi

Alexandre LACOUR, Directeur exécutif SOMEFLU… « …l’investissement sur internet est généralement moins important que pour être présents sur un salon… »

Alexandre LACOUR, Directeur exécutif SOMEFLU

SOMEFLU fabricant de pompes pour produits corrosifs

Pourriez-vous me décrire votre activité ?

Nous fabriquons des pompes pour véhiculer tout type de produits corrosifs. Sanofi, Arkema, OTV font par exemple partie de nos clients. Nous travaillons avec tous les industriels qui ont besoin de conduire un fluide abrasif ou corrosif. Nos pompes transportent ces fluides à une certaine pression et à un certain débit. C’est un travail de précision. Nous devons répondre au cahier des charges de nos clients qui ont des exigences très précises et très techniques. Notre avantage concurrentiel réside dans le fait que nous nous rapprochons autant que possible de ces exigences.

Comment faites-vous la promotion de vos pompes ?

Nous ne communiquons que par des médias spécialisés, que ce soit en ligne ou hors-ligne.

Êtes-vous satisfait du ROI obtenu par ces différentes actions ? 

Il est très difficile de quantifier les retombées de chaque méthode et de les comparer. Ce qui est sûr c’est que l’investissement sur internet est généralement moins important que pour être présents sur un salon, d’autant que les retombées d’un salon sont forcément restreintes dans le temps. A priori, donc, et seulement a priori, le ROI obtenu via nos activités promotionnelles sur internet est supérieur. Mais pour en être certains, nous devrions nous lancer dans l’examen de nos statistiques, ce qui serait chronophage.

Que vous apporte Europages aujourd’hui ?

Europages est pour nous un formidable outil d’optimisation de notre référencement. Ce que nous voulons par-dessus tout c’est être visibles pour nos prospects. Or Europages nous offre cette visibilité sur un marché où nos concurrents sont la plupart du temps beaucoup plus gros que nous. Grâce à vous, nous sortons de l’anonymat.

Voulez-vous dire que vous êtes satisfait de votre ROI chez Europages ?

Il est difficile de mesurer, de chiffrer le retour sur investissement, mais, en tant que petit acteur de l’industrie, je peux vous assurer qu’Europages nous a apporté ce dont nous avions besoin en termes de référencement. Nous partions de très loin et nous avions grand besoin d’être visibles en ligne.

Combien de contacts avez-vous en ligne par jour ?

Nous avons entre 50 et 100 visites par jour sur notre site internet. Cinq d’entre elles proviennent d’Europages, tout au plus. Néanmoins, après Google, Europages est notre première source de contacts.

Comptez-vous sur Europages pour vous développer à l’export ?

Pas vraiment, pour la bonne raison que nous travaillons dans un domaine dont la technique est si pointue qu’elle ne permet pas l’imprécision, notamment dans la traduction de notre E*Page ou de nos fiches-produit. Si nous voulons optimiser notre référencement et être visibles, nous devons impérativement, au-delà du terme « pompe » traduire très précisément les autres mots-clés qui définissent notre activité. Europages est un formidable outil de référencement, mais nous ne pouvons pas lui demander de mieux connaître notre métier que les spécialistes. Des traductions imprécises pourraient générer une grande perte de temps, dans la mesure où nous recevrions une grande quantité de contacts non-qualifiés.

Quelles sont les améliorations que nous pourrions produire pour vous aider à vous développer à l’export ?

Nos trois plus grands concurrents sont allemands. Or les Allemands ont une forte capacité à exporter leurs produits, contrairement aux Français. C’est un fait. Le travail qu’il nous reste à accomplir est donc immense, tant en termes de traduction – à condition, je le répète de vous fournir les textes nous-mêmes – qu’en termes de référencement. Aujourd’hui, nous n’avons pratiquement pas de retour à l’international via Europages. C’est dommage. Je vous propose de réfléchir à la meilleure manière d’y remédier ensemble.


Les commentaires sont fermés.